Actualités

Le groupe mouen

Siège Social
101, rue du Général Leclerc
14790 VERSON
02 31 26 89 23
Pôle commercial et Production
105, chemin des Carrières
14790 MOUEN
02 31 95 89 90
envoyer à un ami Version PDF Imprimer

L’ENVIRONNEMENT NATUREL

1) Le paysage

La carrière est située sur un point haut boisé qui s’étend vers le Sud-Est. En raison de la topographie, elle ne sera visible que depuis le Nord, plus ou moins directement, selon le lieu où l’on se trouve. Pendant l’exploitation, l’entrepreneur a proposé la mise en place de deux observatoires sous forme de belvédères munis d’une signalétique pédagogique, sur les chemins ruraux N°8 et 37, pour permettre au public d’avoir une vue d’ensemble des activités de la carrière pendant les heures d’ouverture, permettant une information industrielle accessible à tout public.
L’intégration dans le paysage
Des mesures d’accompagnement sont prévues pour limiter l’impact visuel : création d’un écran formé par des haies bocagères ou des talus plantés de végétation en bordure de l’exploitation et le long de la voie d’accès. Les fronts de taille seront intégrés dans le paysage au fur et à mesure de l’exploitation par une remise en état non linéaire propice à la reconquête naturelle. Une carrière de roches massive devient un élément du paysage.
 

2) L’eau

La ressource : seule l’eau utilisée pour le lavage des engins et véhicules, pour les usages sanitaires proviendra du réseau communal.

Les utilisations et le traitement de l’eau dans l’exploitation de la carrière

- Pour limiter l’impact sur les écoulements existants, le site sera isolé hydrauliquement par un merlon ou un fossé périphérique qui permettront d’acheminer les ruissellements qui s’écoulent en dehors de l’emprise du site industriel vers des débouchés naturels. Actuellement ce sont le ruisseau du bois d’Allais et l’ancienne voie de chemin de fer. Toutes les eaux de ruissellement du site seront collectées. Une partie sera réutilisée.
- Les eaux pluviales qui ruissellent sur la zone de traitement et de stockage des matériaux seront collectées dans un fossé périphérique qui les dirigera vers les bassins de décantation.
- Les eaux pluviales polluées par les hydrocarbures et les eaux de lavage des engins seront drainées sur des surfaces imperméabilisées. Elles seront traitées par un séparateur d’hydrocarbures avant d’être rejetées vers les bassins de décantation. C’est également l’eau des bassins de décantation, qui, une fois traitée, sera réutilisée pour l’arrosage des pistes.
- Pour le lavage des engins et véhicules, l’eau sera prélevée sur le réseau d’eau potable communal.
- Quant aux usages sanitaires, l’eau utilisée proviendra également du réseau d’eau potable sanitaire. Les eaux usées seront collectées et traitées par un système d’assainissement autonome.

Une étude hydrogéologique complémentaire a été menée par EACM qui conclut que l’exploitation de la carrière n’aura qu’un faible impact sur les ressources en eau souterraine qui s’explique par :
- l’exploitation d’une formation géologique compacte et peu perméable ;
- la localisation topographique du site marquée par des pentes moyennes à fortes qui favorisent le ruissellement des eaux météoriques ;
- l’absence de captage AEP (adduction eau potable) dans un rayon de 3 km autour de la carrière ;
- de pauvres ressources en eau souterraine dans les communes avoisinantes.
 

3) Faune et flore

Le site industriel se situe en bordure mais en dehors d’une ZNIEFF, hors de toute zone bénéficiant d’une protection réglementaire.
Il n’y a pas d’espèce rare ou protégée et trois espèces sensibles ont été recensées lors des inventaires de faune/flore : la salamandre tachetée, le triton alpestre et le triton ponctué. Leur présence s’explique par les mares qui se trouvent sur le site et qui seront préservées, laissées en place et protégées pendant la durée de l’exploitation.

La future carrière se situe dans un ensemble de 250 ha de milieu homogène : les espèces animales pourront trouver refuge dans ce milieu de substitution dès le démarrage de l’exploitation et recoloniseront le site dès la remise en état progressive de la carrière, favorisant une reconquête des milieux naturels par la végétation et par les animaux.
 

4) Bien-être animal (dans le parc zoologique)

Il n’existe ni enquête ni gêne avérée du fait de la présence d’une autre carrière installée à Jurques à 800 mètres de distance du zoo, d’autant moins que le projet de Bremoy en est éloigné de plus 1 Km 300. De plus, le zoo s'est installé après et auprès de la Carrière de Jurques et cela n'a apparemment  affecté en rien son développement.

 

Voir L'environnement industriel


Voir Questions / Réponses